Littérature numérique

Consultation des Archives de l’internet
Avec le numérique et internet, la littérature traverse depuis une trentaine d’années de profondes mutations, qui sont l’occasion d’un renouvellement des pratiques et des formes. Après les premières expérimentations liées aux supports numériques dans les années 90, la littérature en ligne déploie aujourd’hui tout un paysage d’expériences passionnantes qui commencent à faire l’objet d’études universitaires.
 

Littérature électronique

Comme toutes les pratiques, professionnelles, sociales et artistiques, l’écriture doit aujourd’hui composer (au double sens du terme) avec les outils numériques.

Avant même l’apparition d’Internet, l’utilisation des possibilités ludiques et créatrices des liens hypertextes est sans doute ce qui a d’abord séduit écrivains et théoriciens. La navigation hypertextuelle permet à chaque lecteur de suivre un parcours unique au sein du récit et de participer à l’écriture. La linéarité discursive, déjà largement mise en cause, est invalidée par le dispositif hypertextuel.

Le texte, par ailleurs, n’est plus seulement lisible, mais il devient visible. La poésie électronique, animée ou cinétique redécouvre la matérialité du texte et des qualités graphiques réservées aux arts de l’image : la couleur, la forme, l’espace, l’animation.

La machine a aussi son langage : le code binaire, mais aussi les différentes strates de traduction de ce pur langage machine, leurs compilations via une série de programmes et langages lisibles par un humain.

Le texte est en outre devenu manipulable : depuis longtemps la « main numérique » du lecteur l’invite à « lire sa propre lecture », et aujourd’hui les écrans tactiles proposent tout un panel de gestes qui peuvent se révéler déictiques ou déceptifs, épiphaniques ou catastrophiques.

Quelques jalons

Pour aller plus loin, la BPI propose un ensemble de pages rédigées par Philippe Bootz en 2013 sur l’histoire de la littérature numérique, avec notamment un Mini lexique de la littérature numérique très complet.

Littérature en ligne

La création littéraire en ligne, tout en s’inscrivant dans le prolongement des livres qui l’ont précédée, est riche d’évolutions et de recherches. Internet s’affirme comme le champ privilégié d’écritures habiles à expérimenter de nouvelles formes et à questionner les usages, en écrivant avec les autres et avec la machine, en utilisant de manière ludique ou métaphysique les pouvoirs de transport de l’hypertexte, en détournant logiciels et applications de leurs usages prévus.

Avec les sites, puis les blogs, et désormais la présence sur les réseaux sociaux de très nombreux écrivains, l’écriture se redéploie de manière plus démocratique, basculant de la verticalité auctoriale vers une horizontalité de la communauté. La présence du lecteur y est beaucoup plus sensible. Il est désormais invité au quotidien dans l’atelier des écrivains, qui lui donnent à lire leurs brouillons.

L’écriture en ligne privilégie souvent la forme brève et procède par accumulation de fragments, qui permettent au lecteur de saisir l’ensemble du texte dans le cadre de l’écran. L’écriture diaristique, encouragée par la forme antéchronologique du blog, connaît un nouvel essor. L’écriture collaborative est également favorisée par le web, et des communautés d’écrivains se font et se défont, mettant en lumière la dimension collective de l’écriture. Les réseaux sociaux sont un lieu de détournement des contraintes et des pratiques au profit du désir d’écriture.

On assiste par ailleurs à un renouvellement du rapport au document, qui n’est plus uniquement une source, un matériau préparatoire à faire disparaître sous l’écriture, mais qui y est intégré. La création en ligne favorise les collages et l’utilisation des images, du son et de la vidéo en dialogue avec les textes. Les différents médias deviennent de plus en plus poreux, ainsi que les frontières entre la littérature et l’art numériques.

La plupart des sites sont conçus à partir d’une base de données, forme qui est a priori le contraire du récit : elle représente le monde comme une liste d’éléments qu’elle refuse d’ordonner. Mais la construction d’une interface singulière de visualisation permet au site de détourner cette logique initiale en y réintroduisant récit et subjectivité. Le jeu avec les catégories ou rubriques, notamment, autorise une exploration combinatoire, une constante négociation du flux et du fixe. La programmation devient ainsi créative, et les informaticiens jouent un rôle de passeurs, d’autant que certains d’entre eux écrivent aussi. Composer avec la machine, c’est établir avec elle un dialogue, explorer les potentialités artistiques des dispositifs tout en les interrogeant, afin de reprendre en partie le pouvoir sur les outils logiciels et des algorithmes qui formatent notre vision du monde.

Quelques sites à découvrir

Sites collectifs

Archives de l’Internet

Page d’accueil des Archives de l’Internet

 

Parmi les collectes ciblées de l’internet français mises en œuvre dans le cadre du Dépôt légal du Web, on accorde donc une grande importance à la littérature française contemporaine en ligne : plus de 1 000 blogs et sites d’écrivains français ou francophones contemporains, plusieurs dizaines des revues en ligne et de blogs de lecteurs, plusieurs centaines de comptes Twitter sont collectés à ce titre.

Nombre de ces sites ne sont déjà plus présents en ligne, comme Zazieweb, l’un des sites pionniers en matière d’actualité littéraire. Pour ceux qui sont encore en ligne, les archives permettent d’appréhender leurs évolutions, ce qui est particulièrement précieux pour des sites labyrinthiques comme le Tiers Livre de François Bon ou le Désordre de Philippe De Jonckheere.

Ces archives peuvent être consultées sur tous les postes de la Bibliothèque de recherche ainsi que dans certaines bibliothèques de dépôt légal imprimeur.

La liste des sites collectés est disponible dans le portail des API de la BnF et certains (ceux qui ont reçu un ISSN) figurent dans le catalogue de la BnF.

 

(S’)écrire en ligne : un parcours guidé dans journaux personnels et littéraires – 2009

Conférences à revoir

Pour un humanisme numérique – L'écrit à l'ère numérique BnF Durée : 1 h 17 min

Avec Sébastien Rongier, Camille de Toledo, Cécile Portier, Denis Bruckmann. Bibliothèque nationale de France, 10 janvier 2012

et aussi

Recherche

La BnF est membre du projet LIFRANUM, LIttératures FRAncophones NUMériques qui s’est donné pour but l’identification, indexation et analyse des productions littéraires nativement numériques dans l’aire francophone et a organisé en janvier 2020 le colloque Cartographie du Web littéraire francophone, dont on peut voir les vidéos en ligne.

Autres projets, blogs et carnets de recherche :

Études en ligne

Les références ci-dessous ne concernent que des livres, revues et articles disponibles en ligne en texte intégral.
En libre-accès dans les salles de lecture, la cote 801.950 09 regroupe par ailleurs des ouvrages concernant la littérature numérique, dans la salle G de la bibliothèque tous publics et dans la salle U de la bibliothèque de recherche.

Revues

Articles

Cycle Nouvelles écritures