La BnF lance un Appel à manifestation d'intérêt pour la construction de son nouveau site de conservation

Au titre du Schéma directeur Immobilier (SDI) et du projet d’Implantation et de gestion Dynamique des collections (IGDC), la Bibliothèque a décidé de faire paraître un Appel à Manifestation d’intérêt (AMI) pour trouver la localisation de son futur centre de conservation. Cette méthode a été préférée à une prospection foncière plus classique dans la mesure où elle permettait à la fois de trouver un foncier répondant aux exigences de l’établissement mais, au-delà, de trouver un partenaire pour le très long terme afin de soutenir le financement de l’investissement du centre de conservation mais également de nouer une coopération culturelle forte autour d’un projet ancré dans son territoire. Cet appel a permis d’ouvrir largement les possibilités de candidatures à de nombreuses collectivités, sans choisir a priori telle ou telle zone ou région.

 
Carte des lignes de chemin de fer Didot-Bottin - BnF

 

Les caractéristiques du foncier recherché étaient les suivantes : une parcelle permettant d’accueillir un bâtiment d’une emprise au sol constructible de 15 000 m² minimum, avec si possible une réserve foncière supplémentaire ; une situation à 3 heures de Paris en voiture et 2 heures (maximum) entre une gare parisienne et le point de desserte en transports en commun le plus proche ; une situation hors de zones à risques ; une qualité de l’environnement (commerces, services et équipements publics).

Initialement prévu après les élections municipales de mars 2020, l’AMI a finalement été lancé le 29 juin 2020 et s’est clôturé le 16 octobre 2020. À cette date, 54 collectivités situées dans 7 régions ont déposé une candidature, représentant 72 fonciers, certaines collectivités ayant proposé plusieurs fonciers. Le nombre et la qualité des dossiers reçus, de même qu’une intense communication sur leur candidature de la part de certaines collectivités dès l’été 2020, démontrent l’intérêt qu’a suscité l’AMI de la BnF auprès des collectivités et l’écho que les possibilités de partenariats ont trouvé dans de nombreux territoires.

Les candidatures ont été analysées sur la base de trois critères du cahier des charges :

  • l’adéquation du foncier proposé aux éléments de programme du nouveau pôle de conservation, au regard de sa surface, de sa constructibilité, de sa forme, de sa non-exposition aux risques ;
  • le critère d’accessibilité et de desserte par les transports en commun du site candidat au regard de sa durée, de sa fréquence, de sa complexité (multimodalité : train, bus, etc.) ;
  • la confirmation d’un accord de principe quant à la participation de la collectivité et de ses partenaires au financement du nouveau pôle de conservation.

Par ailleurs, l’analyse a pris en compte la question de la qualité de vie sur le site et aux alentours, notamment la situation par rapport à un centre urbain, et plus largement la qualité de vie locale. Enfin, la question du potentiel de partenariats scientifiques et culturels, en lien avec le conservatoire national de la presse, a été prise en compte. Ce conservatoire se veut être un lieu unique en France, rassemblant des collections exceptionnelles dans des conditions de conservation optimales. Le projet permettra également d’accélérer la numérisation de ces documents souvent fragiles et de faciliter leur consultation et leur rayonnement, à l’heure où les grandes questions de société sont plus que jamais d’actualité. La BnF souhaite ainsi mettre en valeur ses remarquables collections de presse, dont les apports restent aujourd’hui primordiaux tant en termes de transmission d’une mémoire que de compréhension du monde et d’éducation à l’information.

Le choix du site interviendra courant 2021.

Rapport d’activité 2020 de la bibliothèque nationale
Consulter