Langues et littératures de Méditerranée orientale

Les publications des pays de l’Europe du Sud-Est, du Maghreb, du Machrek et du Moyen-Orient forment à la BnF une vaste collection, fruit des échanges diplomatiques et intellectuels séculaires entre la France et ces pays. La production imprimée en arabe, syriaque, grec moderne, arménien, hébreu ou turc fait ainsi l’objet d’une attention toute particulière, qu’elle mette l’accent sur les grands noms de la littérature contemporaine ou sur les travaux indispensables à la recherche universitaire sur ces domaines.

Langues et littératures arabes et syriaques

Le fonds arabe de livres imprimés à la BnF s’élève à environ 50 000 titres (80 000 volumes). Il est enrichi chaque année par acquisitions, dons ou échanges, couvrant la production éditoriale de l’ensemble des pays arabes, Maghreb et Mashreq, ainsi que par des ouvrages en langues occidentales, essentiellement français et anglais.
Les acquisitions concernent les ouvrages de référence de toutes disciplines (dictionnaires et encyclopédies de littérature, sciences et médecine, ouvrages de philologie…) et les classiques de la littérature et de la géographie arabe.
Les échanges permettent d’entretenir les relations culturelles et diplomatiques avec les pays arabes, en particulier avec les pays du Maghreb, la Syrie et l’Égypte, qui sont liés à la France par des conventions. De nombreux dons de chercheurs arabisants ou de leurs héritiers (exemple : Maxime Rodinson) enrichissent régulièrement les collections.

Collections en libre accès

En salle G de la Bibliothèque tous publics sont disponibles un peu plus de 2000 volumes. Outre des ouvrages de référence (Encyclopédie de l’Islam, etc.), on trouve un fonds de base en linguistique : dictionnaires, grammaires, études sur la langue, manuels d’apprentissage de l’arabe et de ses dialectes, etc. La littérature est représentée par un corpus d’écrivains classiques, mais la priorité est donnée à la littérature arabe contemporaine, et aux traductions européennes.
Le lecteur trouvera également à sa disposition une petite centaine d’ouvrages relatifs à la langue berbère (dictionnaires, histoire de la langue…).
Le fonds en libre accès de la Bibliothèque de recherche (salle W), conçu comme une ouverture vers les collections patrimoniales, est plus nettement orienté vers les besoins de la recherche. Dans les différents domaines couverts, l’accent est mis sur les auteurs classiques arabes, ainsi que sur les publications de chercheurs, tant en linguistique qu’en littérature.

Collections patrimoniales

Dans les magasins est conservée une riche collection d’imprimés arabes publiés en Europe occidentale (Italie, France, Pays-Bas, Allemagne, Angleterre,…) du XVIe au XVIIIe siècle. La Bibliothèque possède aussi un certain nombre des premiers imprimés arabes publiés en Europe orientale au XVIIe siècle et quelques-uns de ceux publiés au Levant par des chrétiens orientaux au XVIIIe siècle, notamment à Alep, à Choueir, au Mont-Liban et à Constantinople. Elle conserve aussi un bon nombre d’ouvrages publiés par la deuxième génération des imprimeries installées en Orient au XIXe siècle, notamment celle de Boulaq, ainsi que les œuvres d’arabisants européens du XIXe siècle et de la première moitié du XXe siècle. Ces imprimés constituent des témoins précieux de l’histoire des mouvements intellectuels en Occident et en Orient et de celle des relations multiples que ces deux mondes ont tissées entre eux au cours de cette longue période. Les imprimés de la première période (XVIe-XVIIIe siècles) constituent une collection d’environ trois cents titres, dits « incunables », conservés en grande partie à la Réserve.
Ce fonds ancien (1514-1959) compte environ 4000 ouvrages.
Aux côtés des monographies, la Bibliothèque détient aussi un ensemble d’environ 1300 titres de périodiques, parmi lesquels 370 revues et une trentaine de quotidiens, essentiellement en arabe et en français.
Le syriaque (araméen moderne), qui reste une langue de référence, car à l’origine du transfert des connaissances de l’Orient vers l’Occident, fait également l’objet d’une attention constante et d’acquisitions régulières, la BnF étant devenue un pôle d’excellence en ce domaine.
Pour en savoir plus, voir ici.
Les ouvrages entrés à la Bibliothèque entre 1514 et 1979 ont été signalés en trois catalogues :

Les ouvrages entrés entre 1980 et 1996 font l’objet de fiches papier. Le fichier est consultable en salle W (Bibliothèque de recherche) et est en cours de rétroconversion pour être versé dans le Catalogue général.

Depuis 1997, les nouvelles acquisitions sont signalées dans le Catalogue général en arabe translittéré, et depuis 2005 dans les deux alphabets, arabe et latin.

Les bibliographies nationales des pays arabes, lorsqu’elles existent, sont le plus souvent sous forme imprimée et peuvent être consultées en salles E et X (département de la Recherche bibliographique).

Les ressources numériques mises à la disposition du public de la BnF donnent accès aux catalogues collectifs américains RLG et WorldCat. Ces catalogues sont pour les livres arabes un outil bibliographique sans égal à l’heure actuelle.

Langue et littérature hébraïques

Le fonds des ouvrages en hébreu de la BnF est estimé à 50 000 titres, auxquels s’ajoutent les ouvrages en langue yiddish (entre 6000 et 7000), les ouvrages en judéo-espagnol et en judéo-arabe.

Le département Littérature et art propose un choix très important d’œuvres littéraires, tous genres confondus, ainsi que des livres sur la langue hébraïque et les langues juives, dont ceux publiés par l’Académie de la langue hébraïque et par l’Institut Bialik. Sont acquis également les ouvrages de linguistique hébraïque et de critique littéraire en diverses langues en Europe, aux États-Unis ou ailleurs.
Il dispose aussi d’une collection d’ouvrages d’art (art israélien et art palestinien) qui reste lacunaire, mais mérite d’être mentionnée.

collections en libre accès

Les salles G (Bibliothèque tous publics) et W (Bibliothèque de recherche) proposent l’une et l’autre en libre accès des livres sur la langue hébraïque, dont des dictionnaires bilingues et unilingues, des ouvrages de critique littéraire et les œuvres d’auteurs (davantage des auteurs classiques en salle W ; plus d’auteurs contemporains et de traductions françaises en salle G), sous les cotes 492.4 et 892.4.
La cote 030.702 7 est celle des généralités du domaine juif ; sous cette cote sont groupés en salle W quelques bibliographies et usuels. On y trouve également les deux volumes du supplément au Catalogue général (1960-1969 et 1970-1979).
L’Encyclopaedia judaica est présente dans ces deux salles sous la cote 030.7 ROTH e et dans d’autres salles de lecture. La version électronique de son édition de 2007 figure parmi les ressources électroniques proposées par la BnF à son public.
Dans les salles de lecture du département Philosophie, histoire et sciences de l’homme, les salles J (Bibliothèque tous publics) et K (Bibliothèque de recherche) proposent en libre accès, sous la cote 296, des éditions du Talmud et de la Michna, et certains livres bibliques en Mikraot gedolot.

Bibliothèque de recherche

L’essentiel des collections demeure conservé en magasin et est accessible sur réservation en Bibliothèque de recherche. Outre un vaste fonds en littérature, le lecteur pourra consulter d’importantes collections en religions (Bibles, Talmuds et ouvrages de littérature rabbinique ancienne et moderne, philosophie juive, mystique juive, rituels), ainsi que des ouvrages d’archéologie, d’histoire de la Palestine puis d’Israël, d’histoire juive ancienne, moderne et contemporaine dont quelques 300 « Yizkor bicher », publiés par les associations des survivants de l’Holocauste, réunis par commune d’origine, d’histoire militaire, etc.

Des ouvrages en éducation, des ouvrages d’anthropologie, de géographie et de sociologie contemporaines complètent ces collections.

    Les notices papier des années 1955-1959 et 1980-1996 sont consultables en salle W dans un carrel.
    Pour les ouvrages entrés dans les années 1960-1979, les notices figurent dans les deux volumes du Supplément au Catalogue général (années 1960-1969 et 1970-1979), consultables en salle ou en ligne sur Gallica.

    Les recherches sont indexées au titre, à l’auteur ou par mots-notice, ainsi que par mots-matière, celle-ci n’étant pertinente que pour les ouvrages entrés à la Bibliothèque à partir de 1980.

    Depuis 1997, les notices du catalogue sont rédigées et disponibles sur le Catalogue général, translittérées en alphabet latin (norme ISO 259) et depuis 2005, à la fois en caractères hébreux et translittérées. La recherche en caractères hébreux s’effectue par mots-notice.

    Le département des Manuscrits conserve près de 1500 manuscrits en caractères hébreux, tandis que la Réserve des livres rares est riche de 39 incunables hébreux, ainsi que d’autres raretés.

    Le département de la Musique possède une importante collection d’enregistrements sonores qui couvre principalement les années 1950 et 1960.

    Au département de l’Audiovisuel se trouve un choix de films israéliens, notamment ceux présentés au Festival de Cannes (longs et courts-métrages), ainsi que les archives et les rushes de la cinéaste franco-israélienne Simone Bitton.

    langue et littérature grecques modernes

    La BnF possède un vaste ensemble de collections grecques modernes, qui vont des manuscrits médiévaux sur parchemin ou papyrus en grec ancien publiés à l’époque byzantine ou à la Renaissance (plus de 5000) aux enregistrements sonores ou images animées, en passant par les monnaies et médailles, les revues scientifiques, la presse ou les romans graphiques contemporains.
    Le fonds d’imprimés de langue et littérature grecques modernes s’inscrit dans ce cadre et est conservé pour sa majorité au département Littérature et art.
     

    De la fin du XVe siècle – qui marque le début de la constitution systématique du fonds de manuscrits grecs – à nos jours, la richesse de ces collections est exceptionnelle, grâce aux relations diplomatiques et intellectuelles qui unirent la France et l’Empire byzantin puis l’Empire Ottoman, aux voyages et séjours en France de lettrés grecs comme l’humaniste Janus Lascaris ou le médecin et philosophe des Lumières Adamantios Coray (Coraïs). Le philhellénisme français, représenté par des savants comme Charles-Claude Fauriel, Charles Benoît Hase, Wladimir Brunet de Presle ou Émile Legrand, a de son côté fortement contribué à l’accroissement de ces collections.

    Le fonds d’imprimés remonte au premier incunable grec, une grammaire du grec ancien de Constantin Lascaris imprimée à Milan en 1476 (début de la période post-byzantine, considérée comme le moment de naissance de la période néohellénique). Depuis, ce sont, malgré des vicissitudes diverses, notamment au cours des années 60-70, plus de 550 années d’enrichissements.

    Aujourd’hui le fonds s’élève à environ 20000 volumes (monographies et périodiques). La politique d’acquisition se poursuit au rythme d’environ 400 ouvrages par an, dont 65% de livres de littérature, le reste appartenant aux autres domaines d’excellence traditionnels du fonds : histoire grecque ancienne, byzantine et moderne, histoire balkanique et ottomane, archéologie classique et byzantine, art, philosophie, religion, dialectologie, folkloristique…

    Collections en libre accès

    La Bibliothèque tous publics offre en mezzanine de la salle G un millier de volumes environ : aux côtés des usuels (dictionnaires de langue, encyclopédie Megali Elliniki Egkyklopaideia [Μεγάλη ἑλληνικὴ ἐγκυκλοπαιδεία] …) et des ouvrages de généralités figurent un grand nombre de titres de la littérature grecque classique et chypriote des XIXe - XXIe siècles, essentiellement en traduction française, avec un accent mis sur la littérature contemporaine.

    La Bibliothèque de recherche (salle W) propose, en un peu plus de 1200 volumes, un fonds de littérature byzantine (cote BYZ88/. à BYZ888.020.09), des usuels et ouvrages de référence sur la langue grecque, et, en grec moderne,  l’essentiel de la production littéraire depuis la fin du XVIIIe siècle à nos jours : d’Andréas Kalvos à Christos Chryssopoulos, en passant par les classiques du XXe siècle comme Papadiamantis, Kavafis, Ritsos ou Séféris (cotes 889/3 à 889/5).

    La Bibliographie hellénique ainsi que le Bulletin analytique de bibliographie hellénique sont deux des outils de bibliographie que le lecteur pourra trouver en salle X (Bibliothèque de recherche).

    Collections patrimoniales

    Dans les magasins sont conservés les documents intéressant davantage les spécialistes : publications des centres de recherche des universités grecques, études sur les auteurs, actes de colloque, études dialectologiques, ainsi que les ouvrages de sciences humaines des autres départements.
      Les notices des ouvrages entrés à la bibliothèque dans les années 1960-1969 se situent à la fin du Catalogue général des ouvrages à caractères latins, dans un supplément. Le volume est disponible en libre accès dans plusieurs salles de la Bibliothèque sur les sites François-Mitterrand et Richelieu et est consultable en ligne (cote : NUMP-2152 ).
      Les fichiers papier correspondant aux années 1970-1996 sont disponibles en salle W (Bibliothèque de recherche).
      Les recherches dans le catalogue général peuvent se faire en utilisant les caractères latins pour les entrées 1996-2005, et, pour les ouvrages entrés depuis 2005, en utilisant soit l’alphabet grec soit l’alphabet latin (les notices étant translittérées du grec selon la norme ISO 843).
      En salle B (Bibliothèque tous publics, collections de presse), les lecteurs peuvent lire les trois derniers mois du quotidien Kathimerini dans sa version papier.
      Le département Audiovisuel conserve des enregistrements sonores en grec exceptionnels, comme la lecture par Elefthérios Vénizélos du discours de Périclès par Thucydide, en grec et en français, ou des enregistrements de chansons populaires effectués par le grand helléniste Hubert Pernot.
      La bibliothèque numérique Gallica propose également un fonds de gravures et de photographies.

      Langue et littérature arméniennes

      La richesse du fonds arménien de la BnF vient d’abord de son ancienneté et de sa diversité : il comprend près de 10 000 monographies et périodiques et 346 manuscrits.
      Plus largement, la Bibliothèque possède aussi d’autres collections relatives à l’Arménie : on y trouve ainsi des fonds de cartes anciennes, de photographies, des collections numismatiques.

      Avec près de 10 000 imprimés, le fonds arménien de la BnF représente un ensemble significatif et important par son ancienneté et la rareté des publications de diaspora, bien représentées. On peut mentionner aussi la présence de nombreux périodiques publiés par les associations arméniennes de France, également très rares et dont la conservation est difficile.

      La collection ancienne (imprimés antérieurs à 1800) est représentative de la production imprimée arménienne : les 300 imprimés arméniens des XVIe au XVIIIe siècle conservés à la BnF représentent près de 20% des ouvrages arméniens conservés de cette époque. Un catalogue est disponible en consultation sur place.

      Mentionnons également la présence d’ouvrages en libre accès relatifs à la langue et à la littérature arméniennes dans les salles G et W.

      Les recherches dans le Catalogue général peuvent se faire en utilisant soit les caractères latins, soit l’alphabet arménien, soit par auteur, soit par titre.
      Depuis 2007, les notices sont translittérées de l’arménien selon la norme ISO 9985 (1996) qui diffère de la translittération en usage dans le monde universitaire, dite «Hübschmann-Meillet», ainsi que de la translittération en usage dans les pays anglo-saxons, dite de la «Library of Congress».
      Certains ouvrages entrés avant 2007 dans les collections sont présents dans le catalogue soit sous leur translittération phonétique, soit sous leur titre traduit en français. Dans ce cas, il est prudent de faire une recherche par auteur, plutôt que par titre, car un grand nombre de variantes de noms d’auteurs sont répertoriées dans les «autorités auteurs», ce qui facilite la recherche.
      Enfin, si un titre ne se trouve pas dans le catalogue général, il est également possible de consulter le catalogue des anciennes notices papier - concernant uniquement les ouvrages en arménien entrés dans l’établissement avant 1999 - qui se trouve en salle W (site François-Mitterrand).
      Le département de l’Audiovisuel compte un grand nombre de documents iconographiques et sonores relatifs aux Arméniens.
      Le département des Cartes et plans possède de nombreuses cartes anciennes sur l’Arménie, l’Asie mineure et le Caucase. Un grand nombre de cartes sont déjà numérisées et visibles sur Gallica.
      La BnF contient aussi le premier fonds photographique de France où l’on peut trouver aussi des photographies relatives à l’Arménie ou aux Arméniens, aux côtés d’autres documents iconographiques.

      Langue et littérature turques

      Depuis 1728, date des débuts de l’imprimerie turque, la Bibliothèque a constitué une collection d’imprimés en langue et littérature turques.
      Plus de vingt mille publications sont conservées dans les magasins, et plusieurs centaines de volumes sont disponibles en libre accès, en salle G et W.
      Les collections sont particulièrement riches en périodiques, avec l’acquisition de titres comme Varlik depuis son premier numéro en 1933 ou les collections complètes de Papirüs, Yeni dergi ou Yazko edebiyat, aux côtés de titres toujours vivants comme Dergâh ou Adam öykü.
      De nombreux documents sont accessibles sur le site Bibliothèque d’Orient.