Suzanne Lenglen lors de son match gagné pour le titre de championne de France. Agence Rol - 1922 - BnF, département des Estampes et de la photographie
Maintenant

À nous les stades ! Une histoire du sport au féminin

Until

Allée Julien Cain

Suzanne Lenglen lors de son match gagné pour le titre de championne de France. Agence Rol - 1922 - BnF, département des Estampes et de la photographie

À l’occasion des Jeux olympiques et paralympiques de Paris 2024, la BnF consacre une exposition à l’histoire du sport féminin en France depuis la fin du XIXe siècle. Longtemps considéré comme le parent pauvre de la compétition sportive, le sport féminin a conquis en un siècle et demi une place croissante. L’exposition À nous les stades !  retrace les aléas de cette histoire mouvementée qui raconte aussi, en creux, celle de la condition féminine en France.

L’histoire du sport féminin en France est, par bien des aspects, une histoire contrariée, souvent même empêchée. Bien que né au même creuset d’une culture des loisirs et d’un nouveau rapport au corps, progressivement diffusés à l’ensemble de la société, le sport féminin a connu un développement bien différent de celui de son homologue masculin.

L’exposition que lui consacre la BnF témoigne à la fois des pratiques sportives depuis la fin du XIXe siècle que de l’évolution des normes de genre à travers les performances corporelles, le choix des vêtements, des coiffures ou encore la manière de se tenir et de se mouvoir. À partir de l’objet « sport », c’est l’histoire, concrète, physique, des femmes en France depuis la fin du XIXe siècle qui se raconte.

Le nouvel espace social constitué autour du sport à compter de la fin du XIXe siècle s’est doté, principalement sous l’égide des hommes, de règles, de valeurs et d’institutions autonomes. Les femmes ont dû négocier, et parfois forcer leur intégration dans cet espace. Elles ont ainsi eu un accès plus tardif à l’ensemble des disciplines sportives, avec une ouverture plus limitée, certaines leur restant même interdites jusqu’à des périodes extrêmement récentes, à l’instar de la boxe ou du saut à ski. Cette inégalité persistante se manifeste encore aujourd’hui dans le nombre de licenciés, l’audience, les revenus des sportives professionnelles ou encore la représentation dans les instances dirigeantes.

Affiche de la 3e olympiade ouvrière d’Anvers - 1937 - ANMT 2012 29 34, Lucien Leulier, Archives nationales du monde du travail (Roubaix)

 

Stade Elisabeth, Mme Violette Gouraud-Morris au lancer de javelot – Agence Rol - BnF, département des Estampes et de la photographie

La trajectoire du sport féminin en France n’est pas linéaire. Au tournant du siècle, la mixité est d’abord tolérée au sein de la nouvelle « classe des loisirs » qui importe depuis l’Angleterre le tennis ou le golf, pendant que les premières courses pédestres, de natation ou encore de cyclisme émergent dans l’espace public.

Au sortir de la Première Guerre mondiale, les affiches, la presse et les collections de photographies de la BnF témoignent de l’effervescence des pratiques sportives féminines. Clubs et compétitions s’organisent, non sans rencontrer de vives oppositions. La Seconde Guerre mondiale achève de mettre en sommeil la pratique compétitive dans de nombreux sports collectifs. C’est seulement à partir de la fin des années 1960 que les femmes parviennent progressivement à conquérir un à un les bastions masculins, à commencer par le rugby et le marathon.

En même temps que des pratiques sportives, l’exposition témoigne ainsi de l’évolution des normes de genre à travers les performances corporelles, le choix des vêtements, des coiffures ou encore la manière de se tenir et de se mouvoir. À partir de l’objet « sport », c’est l’histoire, concrète, physique, des femmes en France depuis la fin du XIXe siècle qui se raconte.

Commissariat

Christophe Da Silva, chef du service de la conservation et des entrées au département Sciences et techniques, BnF

 

 

L’Olympiade Culturelle est une programmation artistique et culturelle pluridisciplinaire des Jeux Olympiques et Paralympiques, livrable officiel du CIO. L’Olympiade Culturelle de Paris 2024 fait dialoguer sport, culture, valeurs olympiques et paralympiques sur tout le territoire français. Ce programme ouvert et accessible à toutes et tous, favorise la création artistique, les rencontres entre athlètes, artistes et le croisement des publics.

En savoir plus sur l’Olympiade Culturelle

Infos pratiques

Pictogramme vigipirate

En raison du plan Vigipirate, seule l’entrée Est du site est accessible.

Horaires

Pictogramme horaires

Lundi :
14 h - 20 h

Mardi, mercredi, jeudi, vendredi, samedi :
9 h - 20 h

Dimanche :
13 h - 19 h

Fermé les jours fériés.

Accès

Pictogramme acces

Bibliothèque François-Mitterrand – Allée Julien Cain
Quai François Mauriac,
75706 Paris Cedex 13

 

 

Tarifs

Exposition en entrée libre (gratuit)