Département des Estampes et de la photographie

La plus grande collection d’images au monde

Le département des Estampes et de la photographie conserve une collection d’images unique par sa richesse pour les siècles passés, et musée vivant de l’art contemporain. Plus de 15 millions de documents iconographiques de types très variés y sont conservés : dessins, estampes, photographies, affiches, étiquettes, cartes postales, échantillons de tissu, cartes à jouer… Le département possède en outre un fonds important d’imprimés pour la documentation dans les domaines représentés : livres, périodiques, catalogues de ventes, etc. Il valorise ses collections à travers de nombreuses expositions. Associé à la revue Les Nouvelles de l’Estampe, il collecte et diffuse des informations d’actualité sur le monde de la gravure ancienne et contemporaine.

Actualités

Brèves de la BnF

Nouveau numéro de Chroniques, le magazine de la BnF

En savoir
Département des Estampes et de la photographie

Plantu a signé l’entrée de l’essentiel de sa collection de dessins à la BnF

En savoir
Brèves de la BnF

Le CCFr et ses utilisateurs

En savoir

Le Cabinet des Estampes est constitué en 1667 avec l’acquisition de 120 000 gravures rassemblées par Michel de Marolles. Il devient l’un des départements de la Bibliothèque du roi en 1720.

Les fonds s’accroissent régulièrement de prestigieuses collections : Nicolas Clément (1712, 18 000 portraits), Béringhen (1731, 90 000 estampes), Roger de Gaignières (1716, dessins de topographie), Lallemant de Betz (1753, 13 550 portraits et vues de topographie).

Dès la seconde moitié du 17e siècle, les collections s’enrichissent encore grâce à l’obligation de dépôt à la Bibliothèque du Roi, étendue aux images imprimées.

En 1750, Hugues-Adrien Joly, « garde des planches gravées et estampes » organise la collection selon des principes valant encore aujourd’hui.

Les confiscations révolutionnaires font entrer les collections chinoises du ministre Bertin, des fonds de congrégations religieuses (Abbaye de Saint-Victor, Jésuites de Cologne), les collections personnelles du Roi, de la Reine, de Monsieur, de Madame Victoire et de nombreux émigrés.

Aux 19e et 20e siècles, les accroissements continuent à un rythme soutenu :

  • par le dépôt légal des estampes et documents graphiques réaffirmé par Napoléon Ier.
  • par l’entrée de grandes collections particulières : collections historiques de Hennin (1863) et de Vinck (1906), séries artistiques de Moreau-Nélaton (1923), ou d’Atherton Curtis (1943)…
  • par des entrées remarquables de contemporains : Duchamp, Robert et Sonia Delaunay, Matisse, Hélion, Baselitz, Sam Francis, Barry Flanagan, Tàpies…..

À partir de 1851, les photographes commencent à faire spontanément le dépôt de leur production (le dépôt légal de la photographie n’est institué qu’en 1925) : atelier Nadar (1949), Rogi André (1970), archives des Séeberger (1976, complétées en 2008), atelier Disdéri (1990)…

Depuis 1946, le département est installé sur le site Richelieu de la BnF.

Le département des Estampes et de la photographie collecte selon un volume annuel d’environ 25 000 pièces :

  • les œuvres des graveurs et des photographes français.
  • le meilleur dans ces domaines de la production étrangère,
  • et un échantillonnage représentatif de la production nationale pour toute catégorie d’images produites en nombre (affiches, cartes postales, imagerie pieuse et de circonstance, imagerie commerciale).

Les collections d’estampes, constituées à partir du XVIIe siècle, réunissent des œuvres de graveurs français et étrangers, anciens et contemporains : Dürer, Callot, Rembrandt, Goya, Hokusaï, Picasso, Jim Dine, etc.

Au XIXe siècle, les œuvres de photographes font leur entrée dans le département : fonds d’ateliers ou d’agences de presse, ils témoignent de l’histoire de la photographie et de ses pratiques : y figurent Nadar, Le Gray, Disdéri, Cartier-Bresson, Doisneau, Diane Arbus, Mario Giacomelli, Manuel Alvarez-Bravo… On y trouve aussi tous les types de supports de diffusion de la photographie artistique et documentaire : livres illustrés, cartes postales, etc.

Les affiches sont collectées majoritairement par dépôt légal. Elles peuvent être anonymes ou réalisées par des artistes de renom, comme Toulouse-Lautrec, Mucha, Cassandre.

Le département offre également un important fonds documentaire sur les techniques, les évolutions historiques et artistiques de l’estampe, la photographie, l’affiche et l’imagerie.

 

  • Accroissement des collections

Le département enrichit ses collections essentiellement grâce au dépôt légal mais aussi par acquisitions, dons, dations et legs.

  • Conservation

Un atelier interne au département assure la restauration des collections. Il constitue un pôle d’excellence pour la restauration en arts graphique et photographique.

  • Expositions

Le département des Estampes et de la photographie participe aux expositions de la BnF et des grandes institutions internationales, en présentant ses chefs d’œuvres et ses fonds. L’atelier de restauration ainsi qu’un atelier d’encadrement prennent en charge la préparation des pièces exposées.

  • Numérisation

Depuis 2007, 800 000 images du département des Estampes ont été numérisés dans Gallica. Parmi celles-ci : les collections Hennin et de Vinck sur l’histoire de France, les œuvres des maîtres de l’estampe (Dürer, Schongauer, Redon, Pissarro…), les collections de photographies (Atget), d’affiches (Mucha, Chéret, Steinlein), de dessins d’architectes (Boullée, Lequeu, Labrouste) ou encore de photographies d’agences de presse, (ROL, Meurisse, Safara), d’images d’Epinal, de papiers peints d’époque révolutionnaire, de cartes à jouer…

 

 

Le département des Estampes et de la photographie :

  • abrite la rédaction des Nouvelles de l’estampe, revue du Comité national de l’estampe, qui diffuse l’actualité du monde de la gravure
  • organise le Prix Lacourière qui récompense, tous les deux ans, un graveur en taille-douce
  • est associé à deux prix décernés par l’association « Gens d’images », le Prix Nadar pour un ouvrage de photographie et le Prix Niepce récompensant le travail d’un photographe
  • collabore avec le monde de la recherche : avec les bibliothèques de l’université de Stanford pour la mise en ligne du French Revolution Digital Archive (38 000 images reproduisant des collections illustrant la période révolutionnaire 1789-1799), avec l’Ecole du Louvre et l’IRHT pour le projet Collecta (base de données dédiées à la collection Gaignières), avec le Centre de recherche du château de Versailles pour le projet Verspera (numérisation et modélisation des plans de Versailles sous l’Ancien Régime).

 

Focus

Les manuscrits des enfants d'Izieu

À l’occasion de l’exposition Manuscrits de l’extrême, le département des Estampes et de la photographie a présenté plusieurs dessins réalisés par des enfants de la « colonie des enfants réfugiés de l’Hérault » à Izieu entre 1943 et 1944. 

Voyage

Affiches de tourisme
L’Orient photographié au XIXe siècle
Les "Cinquante-trois relais du Tôkaidô" d’Hiroshige
Un « Grand Tour » : le voyage de Labrouste en Italie
L’expédition d’Egypte (1798-1801)
Vue perspective, vue d’optique
La topographie de la France dans la Collection Gaignières

Jeux de Papier

Représentations du jeu : de la morale aux loisirs
Représentations du jeu : la satire ou l’allégorie
Jeux d’aujourd’hui
Jeux militaires
Albums à colorier et à dessiner
Jeux à découper
Jeux de l’oie

L'agenda

S’adresser à un bibliothécaire

Sindbad
Poser une question

Contacts

Corinne Le Bitouzé

Adjointe à la directrice du département des Estampes et de la photographie

Téléphone : 01.53.79.83.80

estampes-photographie@bnf.fr