Lettre du CCFr nº 39 (octobre 2021)

Tout Jean Cocteau ?

Dans le Catalogue collectif de France !

 

Jean Cocteau, Homme de Lettres – Agence de presse Meurisse – Gallica

 

Le signalement du fonds du poète, peintre, dessinateur, dramaturge et cinéaste, d’une richesse exceptionnelle, conservé à la Bibliothèque Historique de la Ville de Paris (BHVP), vient d’être finalisé sur les différentes bases du CCFr.

 

Dans le Catalogue général des manuscrits (CGM)

Les inventaires des collections de celui qui répétait « je suis un inconnu célèbre », sont visibles depuis peu, dans le Catalogue général des manuscrits complétant également le Répertoire de Fonds.

  • Correspondance de Jean Cocteau : 4 370 composants (ou unités documentaires)
  • Œuvres : 2 513 composants pour poésies, romans, théâtre, cinéma, essais, textes critiques, œuvres graphiques et décoratives…
  • Écrits autobiographiques et papiers personnels : 1 976 composants
  • Personnalités liées : 1 245 composants

 

Dans la base Patrimoine

Localisées sur différents établissements, plus de 1 500 références de tout type de documents dont, par exemple, tous les exemplaires (livres, enregistrements sonores, article et partitions) des « Mariés de la Tour Eiffel (Théâtre 1) ».

 

À écouter sur Gallica : Les mariés de la Tour Eiffel ; Portraits-souvenir / Jean Cocteau, auteur et voix.

 

Autres sources dans le Répertoire de Fonds

Le fonds Jean Cocteau de la bibliothèque Lettres et Sciences Humaines de Montpellier rassemble plus de 6 000 pièces conservant une partie importante des œuvres du poète et des documents s’y rapportant : mémoires, thèses, revues, plus de 1 500 photographies, affiches, dessins, cartes postales, programmes, partitions, tirages bibliophiliques, éditions hors commerce…Il est décrit et illustré sur le site internet Cocteau unique et multiple.

Le sous-fonds Mireille Havet (1898-1932), fille du peintre Henri Havet, composé de documents personnels, apporte de précieuses indications sur la préparation de la pièce Orphée, et de nombreuses évocations du poète au travers des 15 cahiers du journal intime tenu de 1898 à 1929, par cette actrice qui joua le rôle de la mort dans la pièce en 1926. À Paris, elle fréquenta le milieu artiste et connut Colette, Paul Fort, la romancière américaine Mary Butts, Misia Sert… En 1995, Dominique Tiry, petite fille et ayant-droit de Ludmila Savitzky, grande amie de Mireille Havet, a procédé à la donation d’archives de Mireille Havet en sa possession, afin qu’elles s’inscrivent dans ce fonds Cocteau.

Le CCFr a rencontré…

Emmanuelle Toulet, directrice de la Bibliothèque historique de la ville de Paris.

 

Quel est l’historique du fonds Cocteau et de son inventaire ?

La littérature française du XXe siècle a toujours figuré en très bonne place dans notre établissement. L’entrée dans nos collections dès 1990 de la Bibliothèque Guillaume Apollinaire puis le don du fonds Michel Décaudin, ont déclenché par la suite d’autres dations et ventes d’ayant-droits comme celles du fonds Jean Cocteau finalisées en 2002. La bibliothèque personnelle du poète fut ainsi cédée par son fils adoptif Edouard Dermit, ainsi qu’une grande partie de ses archives personnelles. Des dons de Pierre Bergé s’y ajoutèrent en 2006, suivis d’enrichissements réguliers. Une masse énorme de documents (20 mètres linéaires), reconditionnés dans des chemises et boîtes de différents formats, a été ensuite inventoriée, donnant naissance à plus de 9 000 cotes et de 10 000 composants.
Le processus d’intégration et de traitement de ces données s’est effectué en plusieurs étapes : sous Word à l’origine puis sur un fichier Excel imposant. Le tout fut rétroconverti en EAD en 2015 par la société Aurexus pour être travaillé sur Oxygen XML et ensuite sur TapIR en 2019. Ce dernier versement a ensuite été subdivisé en 2020 créant les 4 inventaires actuels.
La mise en ligne sur le CGM s’est faite en concordance avec celle du portail des bibliothèques spécialisées de la ville de Paris permettant des recherches fédérées. Les mises à jour, rajouts des achats, corrections s’effectuent de manière trimestrielle sur nos bases et sont immédiates sur le CCFr, la notice descriptive du Répertoire de Fonds reliant toutes les informations.

 

Et quelles sont leurs spécificités ?

La continuité de la tâche exigeant de ne pas multiplier les intervenants, c’est une seule personne qui a conduit l’opération de description de l’inventaire quasi du début à la fin.
Et impossible de décrire pièce par pièce la correspondance coctelienne ! Il a fallu constamment s’adapter : les 15 000 lettres ont produit 4 000 composants.
De plus, le fonds présente certaines complexités. Cocteau a glissé de multiples documents (morceaux choisis, lettres, notes, textes manuscrits, invitations) au fil des pages de la centaine de cahiers qui constitue son journal. Ces pièces annexes ont pu être révélées dans les autres inventaires grâce au traitement par arborescence alors très utile.
Restera, en évitant de les cataloguer un par un, l’intégration des documents photographiques dans chaque partie correspondante, prévue en 2022, pour plus de 10 000 éléments. Par exemple, les prises de vues du film La Belle et la Bête seront dans les Œuvres.
Aucun document visuel n’a pu être mis en ligne car ce fonds, non encore entré dans le domaine public, reste strictement lié au droit d’auteur. Toute l’utilisation pour publication, reproduction, numérisation est soumise à l’autorisation du Comité Cocteau. L’existence d’un inventaire complet compense donc ces démarches. Le passé défini, journal de Jean Cocteau, édité chez Gallimard, a été expurgé de données personnelles tandis que certaines numérisations ont pu être réalisées pour l’édition de sa correspondance avec Picasso.
L’œuvre de Cocteau, hautement prolifique en de nombreux domaines, exige une cohérence de conservation et de visibilité. La partie artistique, avec ses tableaux, est en dation au Musée d’Art Moderne de la ville de Paris. Sont conservées au Musée Jean Cocteau de Menton les céramiques et poteries, et à la BHVP toute la thématique littéraire.

Comment gérer au mieux la publication de tels inventaires ?

La BHVP sollicite pour ceci 15 agents, de toutes catégories issus de nos différents pôles. Comment fait-on ? Ces vastes opérations exigent une préparation en aval : sont décidées en interne des priorités pour mener à bien ces chantiers de catalogage. Une ligne de conduite collective pour les niveaux de description, via des groupes de travail EAD uniformise les pratiques et définit nos usages.
Il faut tenter de simplifier le plus possible, sans aucunement léser le chercheur afin d’obtenir de courts délais de publication. Quelques éléments seront ainsi écartés : les dimensions d’un document importent peu pour le retrouver dans l’inventaire. Une philosophie d’ensemble s’impose : indiquer des fourchettes de dates pour donner des pistes. De plus, l’indexation globale des noms, pour la collection Cocteau, a été faite à postériori pour éviter de retarder la publication.
TapIR nous fait gagner beaucoup de temps et d’efficacité car au lieu de faire de longues recherches, on obtient de suite l’information. Le demandeur sait immédiatement ce que l’on possède ou non. Des prêts comme celui d’un manuscrit pour l’exposition Gabrielle Chanel au Musée de la mode Palais Galliera sont ainsi possibles dans des délais assez courts. D’autre part, les chercheurs ont pu acquérir davantage d’autonomie, ce qui favorise de manière considérable leurs travaux. Le fonds Cocteau, comme d’autres aussi importants, est très régulièrement consulté sur tout son ensemble à la BHVP ou en ligne pour mémoires, thèses et publications diverses par des utilisateurs du monde entier.
Le Répertoire de Fonds, passerelle indispensable, nous permet également de signaler des ressources aux inventaires non encore publiés ce qui évite des attentes inutiles et offre d’indispensables premières pistes.

Actualités des Archives et Manuscrits (CGM)

Collaborations prolifiques en Régions.

 

Avec AR2L, l’Agence régionale du Livre et la Lecture Hauts-de-France
 
Bibliobus du CARD - Bibliothèque municipale de Soissons, archives relatives au CARD

La bibliothèque municipale de Soissons, dans le cadre d’un redécoupage général et d’un enrichissement de ses notices de fonds dans le Répertoire, a vu la publication de l’inventaire des Archives relatives au CARD dans le Catalogue général des manuscrits. Il s’agit du Comité Américain pour les Régions Dévastées, en anglais American Committee for Devastated France. En mars 1918, Anne Murray Dike fonde ce comité qui contribua à la reconstruction de l’Aisne en organisant des missions humanitaires. Furent distribuées aux populations du matériel, des vivres et des collections d’ouvrages aux bibliothèques sinistrées, dont celle de Soissons.

 

 
À consulter sur le CGM et le Répertoire de Fonds

Il s’agit d’ouvrages provenant de la mense épiscopale et du séminaire de Soissons. Jusqu’à l’été 2018, ils étaient stockés dans de très mauvaises conditions dans les combles de la bibliothèque. Ils ont été intégrés au Fonds ancien.
 

Mense épiscopale - Bibliothèque municipale de Soissons

Dès sa création en 1866, la bibliothèque populaire du canton de Soissons propose des ouvrages pour la jeunesse, comme la « Bibliothèque-rose » qui désigne sous ce nom tous les ouvrages compris dans le catalogue sous le titres de contes et romans pour la jeunesse. Les enfants continuent à être au cœur des préoccupations des bibliothécaires américaines puis françaises au cours du 20e siècle, comme en témoigne cette note écrite par Mlle Vérine en 1952 : « Cette bibliothèque a hérité de l’organisation et du mobilier du Comité Américain pour les Régions Dévastées de la France. Elle est restée en baraque de 1923 à 1929. Dans la bibliothèque actuelle, la section enfantine a occupé premièrement une partie de la salle Anne-Murray Dike […]. Depuis le 14 novembre 1937, les enfants disposent d’une salle aménagée spécialement pour eux au-dessus de la salle capitulaire de l’ancienne église Saint-Léger ».

Le livre des enfants, par Hellé et Desbordes-Valmore, éd.1924 - Bibliothèque municipale de Soissons (Réserve jeunesse)

 

Le Carnet journalier du surveillant des travaux de la ville de Senlis, journal de Gustave Beaufort, est un document inédit de la première guerre mondiale tiré de la réserve précieuse (Ms 42) de la bibliothèque municipale de Senlis.
Dès septembre 1914, cet ancien ouvrier menuisier décide d’inscrire sur un carnet, de manière journalière, les événements qui se déroulent dans sa ville. Il rédigea ainsi durant les quatre années de guerre une chronique de la ville et de certains événements majeurs, agrémentée de photographies et de cartes postales annotées.

Carnet journallier du surveillant des travaux de la ville de Senlis / journal de Gustave Beaufort (1914-1918) ; page 156 - Août 1916 portrait de G. Lainé - Source : Bibliothèque municipale de Senlis ; Armarium, bibliothèque numérique des Hauts-de-France
 
Carnet journallier du surveillant des travaux de la ville de Senlis / journal de Gustave Beaufort (1914-1918). page 3 – Septembre 1914, Senlis incendiée - Source : Bibliothèque municipale de Senlis ; Armarium, bibliothèque numérique des Hauts-de-France

 

Armarium, la bibliothèque numérique des Hauts-de-France

 

Avec l’association Mobilis, pôle régional de coopération des acteurs du livre et de la lecture en Pays de la Loire
 
L’inventaire des archives du poète Marcel Chabot (1889-1973) conservées à la médiathèque Benjamin Rabier de la Roche-sur-Yon est présent dans le CGM. En 1929, Marcel Chabot, avec une équipe de 150 poètes crée La Proue (qui deviendra La Nouvelle Proue), revue qui comporte de nombreuses gravures sur bois. Nombre d’artistes tels qu’André Margat, Lucy Humbert, André Beloni ou Germain Delatousche feront partie de l’aventure. De même à Laval avec plusieurs collections de la bibliothèque municipale inventoriées, celles de Jules-Antoine Le Fizelier, Charles-Marie Maignan, Etienne-Louis Couanier de Launay, Ernest Lorrain et Charles Pointeau.

La Base patrimoine

Des fonds anciens de plusieurs bibliothèques ou médiathèques municipales, la plupart prestigieux et inédits, nous sont révélés, via des mises à jour ou premiers versements. Le tout émane de collections patrimoniales importantes conservées à Belfort avec le fonds des Capucins, Granville, Haguenau, Laval, Le Mans, Metz avec près de 600 incunables, Rochefort, Senlis et Tourcoing.
 
 

Le fonds Carnaval de la médiathèque municipale Charles de la Morandière à Granville est valorisé sur le CCFr grâce à Normandie Livre et Lecture ( Agence de coopération des métiers du livre en Normandie). Il conserve de la documentation thématique et autres archives sur un des plus anciens carnavals de France, celui de Granville, qui se distingue par le regard humoristique de ses participants. Cet événement fédérateur de la région a vu son inscription en 2016 sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité de l’UNESCO..

Carnaval de Granville - Programme 1987 (FN Br 1143) - Médiathèque municipale Charles de la Morandière (Granville)

 

 
10 ans de courses : les marques victorieuses 1897-1907 / d’ E. Montaut, éd. 1910 - Médiathèque Louis Aragon du Mans.

Le fonds auto-moto de la médiathèque Louis Aragon du Mans, avec de plus de 14 300 notices, illustre l’histoire de l’automobile, inséparable de la ville depuis plus d’un siècle.
Constructeurs pionniers, Amédée et Léon Bollée l’enrichissent avec le don de leur bibliothèque scientifique et technique. Dès 1906, sont organisées au Mans, des courses automobiles réputées avec le premier grand prix de France, les 24h en 1923, le rallye Sablé-Solesme en 1949.
Le fonds concerne tous les transports terrestres roulant à moteur dans leurs divers aspects, composé à la fois d’ouvrages contemporains, de presse, mais également d’ouvrages anciens, manuscrits, cartes, photographies, éphémères, documentation technique complétés par de nouvelles notices dans la base Patrimoine.

 

 

 

Le fonds Pierre-Adolphe Lesson, de la médiathèque municipale Corderie Royale de Rochefort, a procédé à la mise à jour de ses notices bibliographiques, riches d’atlas zoologiques et botaniques illustrés, issus de voyages scientifiques et de circumnavigation.
Pierre-Adolphe Lesson, savant issu de la Marine, voyagea dans le monde entier, observant, collectionnant et s’intéressant de près aux populations rencontrées. En 1827, la « girofomania » s’empare de la France provoquée par l’arrivée la girafe offerte par le pacha d’Egypte, Méhémet Ali, au roi de France, Charles X. Le fonds Lesson témoigne de cette vogue avec une couverture illustrée du « Jardin des Plantes de Pierre Boitard »paru en 1842.

 

 

 

 

2021, année Napoléon

Bicentenaire de la mort de l’Empereur et figures napoléonniennes

 

Dans le Répertoire de Bibliothèques
Avec la bibliothèque du Musée napoléonien à I’Ile-d’Aix et la bibliothèque du Musée national de la Maison Bonaparte à Ajaccio, membres du réseau des bibliothèques des musées nationaux.
La bibliothèque Martial Lapeyre de la Fondation Napoléon à Paris, partenaire de la commémoration nationale, est riche de livres rares et indispensables à l’histoire du Premier et du Second Empire. Elle a choisi, avec sa bibliothèque numérique, de mettre à la disposition de chaque passionné ou curieux ses plus beaux textes et ses plus intéressantes gravures issus de ses collections.
 
Dans le Répertoire de Fonds

La Collection réservée Histoire de Napoléon Ier et Napoléon III de la Bibliothèque Lapeyre.
Le Fonds Manuscrits modernes de la médiathèque de Tourcoing conserve le Journal du caporal Delroeux, engagé à 17 ans dans les armées Napoléoniennes, prisonnier sur l’ile de Cabrera (transcription du manuscrit).

Pour plus de résultats, une recherche fédérée dans le Répertoire avec les termes « premier empire » permettra d’obtenir la liste des établissements et fonds concernés. La Bibliothèque Thiers de la Fondation Dosne-Thiers à Paris offre ainsi une des plus importantes collections sur l’histoire de cette période tandis que, par exemple, les Archives Départementales de l’Ain, possèdent une bibliothèque Premier Empire.

 

Lire l’article « Sur les pas du Caporal Delrœux, jeune soldat de l’armée de Napoléon (document sur l’histoire locale de la ville de Tourcoing) »

Relation d’un prisonnier français détenu en Espagne et dans l’île déserte de Cabrera / par le Caporal Delrœux - Médiathèque de Tourcoing (Fonds Manuscrits modernes)

150 ans de la Commune de Paris

A la découverte de documents et fonds signalés dans le CCFr.

 

Dans la Base patrimoine et le Catalogue général des manuscrits (CGM)

 

 
Dans le Répertoire de Fonds

Le fonds historique Commune de Paris de la médiathèque de Saint-Denis avec l’Album photographique des ruines de Paris : collection de tous les monuments et édifices incendiés et détruits par la Commune de Paris : accompagnée de notices historiques et descriptives sur chaque sujet / photos de P. Loubère, préface de Justin Lallier ; éd. 1871.


« L’Arsenal destiné par François 1er au dépôt d’armes et d’artillerie, fut, une première fois, en partie, détruit par l’explosion de 10000 kilogrammes de poudre. En dernier lieu, il renfermait une très belle bibliothèque. » 

 

TapIR se déploie en 2021

Une communauté en plein essor.
Une série de formations «nouvelle formule » en mode distanciel, à destination de professionnels de bibliothèques et structures régionales, a permis à l’outil de publication d’inventaires d’archives et de manuscrits de constituer, avec succès, un véritable maillage régional.
En tant que formateurs au sein de l’équipe du CCFr, François Gandolfi et Pascal Schandel ont animé 6 ateliers (de 4 modules répartis en demi-journée), permettant à une trentaine de personnes de rejoindre le réseau TapIR. Ces derniers se sont rendus disponibles pour toutes questions et assistance, pendant et après ces sessions, à tonalité pratique et aux aspects très concrets.
Ceci a concerné les projets d’établissements dispersés dans 5 régions : Auvergne-Rhône-Alpes, Bretagne, Hauts-de-France, Nouvelle Aquitaine, Provence-Alpes-Côte d’Azur.

Et encore plus de fonctionnalités !
Il sera bientôt possible, pour les professionnels de bibliothèque, de créer et mettre à jour en toute autonomie et de manière performante, des notices descriptives de fonds en utilisant un nouveau formulaire de saisie adéquat proposé dans TapIR. Cette innovation sera effective grâce au prochain passage en EAD des données du Répertoire de Fonds. Cela permettra leur interopérabilité et réutilisation sans aucune perte de fonctionnalités.

Un nouveau Répertoire de Fonds se dessine grâce à TapIR : à suivre !

 

Du côté des partenaires du CCFr

Le Groupement d’intérêt scientifique (GIS) CollEx-Persée

Le GIS CollEx-Persée, ayant vocation à promouvoir l’accès et l’usage des collections des bibliothèques patrimoniales et de recherche par les communautés de chercheurs, rejoint le Répertoire de Fonds du CCFr. Il a été choisi pour décrire les collections labellisées « Collection d’excellence », celles-ci y trouvant une audience nationale et internationale.

 

Découvrir : Le fonds scandinave la Bibliothèque nationale et universitaire (BNU) de Strasbourg, accessible sur Numistral.

Les bibliothèques du réseau CollEx-Études nordiques ont été labellisées pour leurs collections et leur expertise. Le réseau rassemble outre la Bibliothèque nationale et universitaire (BNU) de Strasbourg, la Bibliothèque nordique de la Bibliothèque Sainte Geneviève, et la Bibliothèque Tove Jansson (Université de Caen Normandie). Elles viennent en appui aux chercheurs pour développer avec eux, des projets tels que le portail des études nordiques.

 

 

 

 
Avancée du projet dans le Répertoire de Fonds :
Il existe désormais un nouveau critère de type de fonds (CollEx) qui permet de consulter les collections labellisées « Collection d’excellence » directement et de les comptabiliser.

Si le CCFr était… un sport ?

portrait chinois

Résultats de l’appel « portrait chinois du CCFr » à partir de vos collections et vos recherches.

 

 
la course automobile,

La Médiathèque Louis Aragon du Mans, du fait de son contexte dans le domaine (circuit des 24 heures. usines Renault), possède un très beau fonds Auto-moto qui compte de nombreux livres, périodiques, cartes postales, affiches, documents divers de constructeurs.
10 ans de courses: les marques victorieuses 1897-1907 d’ E. Montaut. Ed. 1910 est un album composé de 31 aquarelles au pochoir, représentant les voitures en compétition lors des grandes courses automobiles de la fin du 19e et du début du 20e siècles.

10 ans de courses : les marques victorieuses 1897-1907/ E. Montaut-Mabileau, 1910 - Médiathèque Louis Aragon du Mans

 

 
les échecs,

Le jeu des eschez moralise de Jacques de Cessoles (1504) et autres ouvrages spécialisés dans le fonds Mennerat de la Bibliothèque municipale Léon Debeul de Belfort.

Le jeu des eschez moralise de Jacques de Cessoles. Ed. 1504 - Bibliothèque municipale Léon Debeul de Belfort (fonds Mennerat)

 

 
le cyclisme,

Le fonds Cyclisme du centre de documentation du Musée d’art et d’industrie à Saint-Etienne retrace l’histoire stéphanoise du cycle, les enjeux techniques et industriels, le sport cycliste, les pratiques de loisir et le cyclotourisme. Célèbre fabricant de cycles de Saint-Etienne, Mercier s’est doté d’une équipe cycliste professionnelle dès les années 1930. Raymond Poulidor reste le plus célèbre des coureurs de cette équipe, au sein de laquelle il a effectué toute sa carrière professionnelle (1962 -1976). La revue L’industrie des Cycles, éditée de 1898 à 1971 par la Chambre syndicale de l’industrie des cycles et automobiles, dont le musée possède l’unique collection quasi-complète témoigne du rôle de « capitale du cycle » que Saint-Etienne a tenu pendant près d’un siècle.

Revue “L’industrie des cycles” (année 1962) - publicité Cycles Mercier (version numérique) - Musée d’art et d’industrie - Centre de documentation, Saint-Etienne

Question/réponse sur le CCFr

Question : Qu’en est-il des critères de recherche « langues » dans le CCFr ?  

Réponse : De nouvelles langues régionales ont été ajoutées depuis le formulaire de recherche dans le Répertoire de Fonds : basque, breton, corse, créole, occitan, provençal et tahitien. Les langues antiques, latin et grec anciens sont également proposées tout comme les idiomes étrangers les plus représentés, de l’allemand au valencien ou au catalan.
L’écran de recherche de la Base patrimoine propose également toutes les langues de France avec déclinaisons anciennes.
Dans les deux cas, une facette d’affinage filtre les réponses obtenues.
Exemples : un atlas linguistique en catalan, un ouvrage en tahitien, un fonds particulier de documents en russe ou en créole.


À consulter la page Version du portail CCFr :
La page Version décrit les évolutions et corrections du CCFr.
Les versions 27.5.0 et 27.6.0 ont notamment permis l’arrivée d’un nouveau critère de recherche dans le Répertoire de Bibliothèques. Vous pourrez ainsi désormais retrouver l’ensemble des établissements participant à un catalogue collectif : Base patrimoine, le Catalogue général des manuscrits, ArchiRes, Jumel ou la liste des 184 bibliothèques ayant participé au projet un patrimoine musical en région.
N’hésitez pas à signaler des informations à rajouter, certaines listes étant en cours de constitution. Pour les établissements dépendant de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, merci de vous rapprocher de votre centre Sudoc.

Le CCFr à regarder en vidéos

Pour être au plus près des besoins de ses utilisateurs, le CCFr déploie et diversifie son offre de formation et de présentation de ses outils spécifiques. Ainsi, des vidéos d’information générale et des vidéos de formation ont été réalisées.

Localiser des documents grâce au CCFr (vidéo de présentation)

CCFr | Localiser des documents BnF Durée : 15 min

Le CCFr – Vidéos de présentation

CCFr | Localiser des documents
Valoriser ses collections patrimoniales avec le CCFr
La Base patrimoine – Présentation
Catalogue général des manuscrits – Présentation
Le Répertoire de fonds du CCFr – Présentation
TapIR, CGM, CCFr ? De quoi s’agit-il ?
Le Répertoire des bibliothèques du CCFr