Langues et littératures germaniques et d'Europe du Nord

La zone géo-linguistique des langues et littératures germaniques couvre un ensemble de cent millions de locuteurs de l’allemand, du néerlandais, des langues scandinaves (norvégien, danois, suédois, islandais) et du yiddish. Les collections ont constamment été enrichies depuis l’origine de la bibliothèque et vont des incunables et manuscrits aux e-books.

Langues et littératures d’expression allemande

L’allemand est la langue maternelle d’environ 100 millions de personnes, soit environ 20% des citoyens de l’Union européenne. Il est la langue officielle en Allemagne, en Autriche, en Suisse, au Luxembourg et au Liechtenstein. Sous forme souvent dialectale, il est également parlé dans certaines régions de Belgique, du Danemark, de Pologne, d’Italie et de France.
La littérature germanophone est pour l’essentiel publiée en Allemagne, en Autriche et en Suisse alémanique.
A la BnF, sur le site François-Mitterrand, outre les centaines de milliers de titres conservés en magasin, on trouve un fonds de littérature germanophone en libre accès en Bibliothèque tous publics (salle G) et en Bibliothèque de recherche (salle U).

Bibliothèque tous publics

Le fonds est ouvert à un large public qui, sans nécessairement maîtriser la langue allemande, s’intéresse à la littérature et à la culture de l’espace germanophone. Il compte environ 9 000 volumes, dont de nombreuses traductions françaises.
Il rassemble des ouvrages de référence portant sur les littératures d’expression allemande, des histoires littéraires et des études par genre et par époque. Cet ensemble est suivi par des corpus d’auteurs classés par siècles. Les œuvres originales sont accompagnées de traductions en français et d’ouvrages critiques. Quelques périodiques sont également proposés. Le fonds fait la part belle à la littérature contemporaine, tant en langue originale qu’en traduction.
Ce fonds de littérature est précédé d’ouvrages portant sur la langue allemande (dictionnaires, grammaires, ouvrages de linguistique).
En salle G sont également proposés des outils d’apprentissage de la langue allemande (fonds Pratique).
En salle B (salle presse et médias), des journaux quotidiens (Süddeutsche Zeitung, Frankfurter Allgemeine Zeitung, Der Standard…) ou hebdomadaires (Die Zeit, Der Spiegel…) sont à la disposition des lecteurs souhaitant suivre l’actualité des pays germanophones.

Bibliothèque de recherche

Le fonds de langues et littératures d’expression allemande en libre accès rassemble environ 8 000 volumes et est destiné plus particulièrement aux spécialistes, chercheurs et étudiants à compter du deuxième cycle. Il est essentiellement constitué d’ouvrages en langue originale. Comme en salle G, il est composé d’ouvrages de référence sur la langue (dictionnaires spécialisés, ouvrages de grammaire et linguistique), puis de corpus d’auteurs organisés de façon chronologique (œuvres et ouvrages critiques). Cependant, l’essentiel de la collection se trouve en magasins.
Des bibliographies et de nombreux périodiques spécialisés complètent ce panorama.
Le fonds d’imprimés des collections patrimoniales, riche et ancien, est conservé pour l’essentiel dans les magasins du site François-Mitterrand. En outre, de très nombreux documents (par exemple les manuscrits de l’abbaye d’Echternach) sont conservés au département des Manuscrits.
La collection de littérature d’expression allemande continue de s’enrichir, notamment par les acquisitions, au rythme d’environ 1 000 ouvrages par an en langue originale. Les documents publiés en France, qu’il s’agisse de traductions ou d’études, alimentent quant à eux le dépôt légal. Enfin, une centaine de titres de périodiques portant sur la discipline entre en magasins par abonnement.

Ressources électroniques

Une série de bases de données spécialisées, permettant d’identifier des références bibliographiques ou d’accéder aux textes en ligne, sont accessibles à la BnF. Il s’agit notamment de la Bibliographie der deutschen Sprach- und Literaturwissenschaft, de Literature Online (LION) (qui permet l’accès entre autres aux œuvres complètes de Goethe, Schiller, Kafka et Brecht), ou encore du Kritisches Lexikon zur deutschsprachigen Literatur (KLG).

Gallica

La bibliothèque numérique Gallica propose de la littérature germanophone. Il s’agit essentiellement de traductions en français ; on citera par exemple les premières traductions françaises de Goethe et Schiller, des romantiques allemands ou de Heinrich Heine.
 
L’écrivain autrichien Peter Handke a reçu le prix Nobel de littérature 2019.
Pour découvrir son parcours et son oeuvre, voir ici.
 

Langue néerlandaise et littérature en néerlandais

Avec environ 24 millions de locuteurs, la langue néerlandaise est parlée aux Pays-Bas, en Belgique, au Suriname, à Aruba, Bonaire et Curaçao (ex-Antilles néerlandaises), à Saint-Martin et dans certaines parties du Nord de la France. La littérature d’expression néerlandaise est publiée majoritairement aux Pays-Bas et en Belgique.
Sur le site François Mitterrand, le fonds de littérature néerlandaise, situé dans les salles G et U, propose des ouvrages de référence en littérature néerlandaise ainsi que des textes littéraires.

Bibliothèque tous publics

En salle G, le fonds de littérature néerlandaise compte environ 1 000 volumes. On y trouve des ouvrages de référence, mais aussi des textes d’auteurs, en néerlandais ainsi qu’en traduction française, et des critiques. Le fonds se répartit chronologiquement ainsi :
  • ouvrages antérieurs à 1900 (cote 839.3/3), XXe siècle (839.3/4) et XXIe siècle (839.3/5). Dans cette dernière partie, on compte également quelques romans graphiques.
  • ouvrages sur la langue, notamment des dictionnaires et des grammaires.
  • en salle G sont également proposés des ouvrages pratiques sur le néerlandais, dans le fonds Pratique.

La revue francophone sur la culture des Flandres et des Pays-Bas, Septentrion, se trouve dans les périodiques de la salle, sous la cote NEER Sept.

La littérature en langue afrikaans, très proche du néerlandais, se trouve à la suite des ouvrages de littérature néerlandaise. Ce fonds, d’une centaine de livres, propose des ouvrages de référence sur la littérature (sous la cote 839.390 9) suivis des textes littéraires en afrikaans et, si possible, de leurs traductions en français (sous la cote 839.39).

Bibliothèque de recherche

En salle U sont proposés en libre accès les principaux ouvrages de référence, des histoires de la littérature néerlandaise, des ouvrages sur différents genres. Contrairement à la Bibliothèque tous publics, on ne trouve pas ici de corpus d’auteur, les textes littéraires eux-mêmes étant en magasins.
Quatre titres de périodiques de la discipline sont proposés en libre accès, ainsi qu’un titre sur la langue néerlandaise.
La littérature en afrikaans y est représentée avec quelques volumes, la majorité des ouvrages étant, ici aussi, conservée dans les magasins de la bibliothèque.
La majeure partie de la collection néerlandophone est présente dans les magasins de la Bibliothèque de longue date ; elle compte notamment des ouvrages imprimés remontant au XVe siècle, des livres de Vondel et de très nombreuses pièces de théâtre. Encore aujourd’hui, les fonds de la discipline continuent à être enrichis, essentiellement par acquisitions.
Le département des Manuscrits, le département des Arts du spectacle et la bibliothèque de l’Arsenal conservent eux aussi de riches collections néerlandophones.
Plusieurs bases de données, auxquelles la BnF est abonnée, sont très utiles pour la recherche en littérature néerlandaise. Elles permettent d’identifier des références bibliographiques et parfois d’accéder directement aux textes en ligne. Parmi ces bases, on trouve MLA, Academic Search Premier, JSTOR ou encore CAIRN, pour n’en citer que quelques-unes.
La bibliothèque numérique Gallica propose, elle aussi, de la littérature néerlandaise. Il s’agit de traductions en français, comme La chambre obscure de Hildebrand, ou encore de signalement d’ouvrages, d’articles sur la littérature ou sur des auteurs.

Langues et littératures scandinaves

Les langues scandinaves représentent le rameau nord des langues germaniques et comprennent le danois, le suédois, le norvégien, l’islandais et le féroïen. Elles comptent environ 20 millions de locuteurs, principalement en Scandinavie, mais restent aussi vivantes localement en Amérique du Nord. Le danois est en outre parlé dans le Schleswig (au nord de l’Allemagne) et le suédois a statut de langue officielle en Finlande.
A la BnF, sur le site François-Mitterrand, on trouve un fonds de littératures scandinaves en libre accès en Bibliothèque tous publics et en Bibliothèque de recherche.

 

Bibliothèque tous publics

Le fonds, situé en salle G, s’adresse à un large public amateur ou étudiant, qui s’intéresse aux littératures scandinaves sans forcément maîtriser une langue de l’espace culturel. Il compte environ 2 000 volumes, dont de nombreuses traductions françaises.
La collection est organisée par langues. Pour chacune des langues scandinaves, une première partie porte sur la langue et propose des dictionnaires, des grammaires et des ouvrages de linguistique. Elle est suivie des histoires littéraires nationales, et d’un corpus d’auteurs classés par siècles. Ce corpus est composé d’œuvres complètes (pour les grands auteurs classiques), de traductions françaises ainsi que d’études critiques. Le fonds laisse une grande place à la littérature contemporaine et à ses traductions françaises.

En salle G sont également proposés des outils d’apprentissage des langues scandinaves (fonds Pratique).

En salle B (presse et médias), des journaux quotidiens (Berlingske Tidende, Helsingin Sanomat, Dagens Nyheter…) sont à la disposition des lecteurs qui désirent suivre l’actualité scandinave.

Bibliothèque de recherche

Sur le site François-Mitterrand, en salle U, le fonds d’environ 300 volumes est constitué uniquement d’usuels, d’ouvrages sur les langues et les littératures scandinaves et d’études thématiques. Il se distingue de celui de la salle G par l’absence de corpus d’auteurs.
L’essentiel des collections, destinées à des spécialistes, étudiants dès le master ou chercheurs, est conservé en magasins. Le fonds imprimé (dont les ouvrages rares et précieux du département de la Réserve) se trouve également sur ce site.
Le département des Manuscrits (site Richelieu) conserve quant à lui une collection de manuscrits islandais.
Les fonds de littérature scandinave continuent de s’enrichir grâce aux acquisitions en langue originale et au dépôt légal des documents publiés en France (notamment les traductions).
Ressources électroniques
Une série de bases de données, utiles pour la recherche en littérature scandinaves, est accessible à la BnF. Les bases permettent d’identifier des références bibliographiques et parfois d’accéder directement aux textes en ligne. Parmi elles, on peut citer MLA International Bibliography, Academic Search Premier, JSTOR ou encore CAIRN.
Bibliothèque numérique (Gallica)
La bibliothèque numérique Gallica propose des textes de littérature scandinave. Il s’agit surtout de traductions en français, par exemple les
premières traductions du théâtre d’Ibsen ou de Strindberg.

Langue et littérature yiddish

Le fonds des ouvrages en yiddish de la BnF compte entre 6000 et 7000 titres.
Au département Littérature et art (LLA), lectrices et lecteurs trouveront un très important choix d’œuvres littéraires et de critique littéraire, ainsi que des livres de linguistique et de critique littéraire publiés dans diverses langues en Europe, aux États-Unis ou ailleurs, dont des recueils de poésie, des nouvelles et romans, des livres sur la langue et l’humour yiddish, dont ceux publiés par le YIVO, par l’Autorité nationale de la culture yiddish (État d’Israël), par l’Université hébraïque de Jérusalem, par la Maison Sholem Aleichem ou par Leyvik House à Tel-Aviv, ainsi que quelques ouvrages consacrés à l’art.
En outre, ce département conserve les livres de linguistique et de critique littéraire yiddish publiés dans diverses langues en Europe, aux États-Unis ou ailleurs.

Dans les salles de lecture du site François-Mitterrand, la salle G (Bibliothèque tous publics) propose plus d’une centaine de volumes en yiddish et la salle U (Bibliothèque de recherche) environ 90 volumes en libre accès, sous les cotes 439.2 et 839.209. Le lecteur y trouvera également des ouvrages sur la langue yiddish, des dictionnaires, la critique littéraire et les œuvres d’auteurs.

Dans la salle W (Bibliothèque de recherche), sous la cote 030.702 7 (généralités du domaine juif), sont regroupés quelques bibliographies et usuels.
L’Encyclopaedia judaica est présente dans les salles G, W (sous la cote 030.7 ROTH e) et dans d’autres salles de lecture. La version électronique de son édition de 2007 figure parmi les ressources électroniques proposées par la BnF à son public.
Les notices papier des années 1955-1959 et 1980-1996 sont consultables dans un carrel de la salle W.
Pour les ouvrages entrés dans les années 1960-1979, les notices figurent dans les deux volumes du Supplément au Catalogue général, également consultables sur Gallica.
  • Le département de l’Audiovisuel propose une importante collection de disques, dont le don Pathé de 91 (disques de chants yiddish et hébreux).
  • Le département des Manuscrits conserve des manuscrits yiddish d’une grande diversité : des traductions yiddish du livre biblique de Samuel ou du commentaire sur la Genèse de Salomon ben Isaac, aux documents relatifs au parti Bund (fonds Jacques Burko et Berthe Burko-Falcman), ou encore le fonds Oser Warszawski, écrivain, peintre et critique d’art, mort en déportation.
  • Parmi les documents en yiddish conservés au département Philosophie, histoire, sciences de l’homme figurent quelque 300 « Yizkor bicher », publiés par les associations des survivants de l’Holocauste, réunis par commune d’origine, et dont les textes sont en hébreu et en yiddish, parfois aussi en anglais.
  • Le département Droit, économie, politique et presse conserve l’essentiel des périodiques.